Rondkomen met minder budget

S'en sortir avec moins : des conseils utiles qui vous donnent un coup de main au quotidien

À la naissance de son premier enfant, le budget familial de Saskia Scheerlinck a été divisé par deux. Elle a en effet décidé d'arrêter de travailler, ce qui n'est évident surtout à un moment où les dépenses vont croissant. Pourtant, elle a réussi son pari et consigné ses expériences dans un livre, ‘Crisis survivalgids’ (uniquement disponible en néerlandais). Dans cet ouvrage, Saskia nous explique comment une baisse de revenus ne signifie pas nécessairement une baisse du niveau de qualité de vie.


Moins d’argent, plus de temps et moins d’objets, plus de tranquillité

Aujourd'hui, elle ne regrette en aucun cas sa décision et reste fidèle à ses principes. Saskia Scheerlinck explique : « J’entends souvent dans mon entourage des personnes dire qu’elles n’ont pas fait ce qu’elles voulaient par crainte de ne pas y arriver financièrement. De quels projets s’agit-il ? Rester à la maison pour sa famille, travailler moins ou voyager quelques mois. Je pense que la plupart d’entre elles auraient pu y arriver, tout comme nous. Voilà pourquoi j’ai décidé d’écrire ce livre en 2013. Mon principal message est le suivant : allez-vous réellement vous priver de choses si importantes pour vous et pour votre famille uniquement pour des raisons d’argent ? L’argent, c’est important quand vous n’en avez pas suffisamment, car dans ce cas, vous avez de gros problèmes. Par contre, si vous en avez assez, ce n’est pas si important, comme c’était le cas de ces personnes de mon entourage. Suffisamment, c’est souvent moins que ce que l’on pourrait penser. Boucler ses fins de mois avec moins d’argent afin d’avoir une meilleure vie, ce n’est pas insurmontable. »


Boucler ses fins de mois avec un budget réduit étape par étape :

Étape 1 : dressez un récapitulatif détaillé de vos dépenses pendant quelques mois. Ajoutez-y également les frais annuels pour les primes d’assurance, le précompte immobilier, les taxes liées à la voiture, les dépenses scolaires, etc.

Étape 2 : répertoriez vos dépenses fantômes : les dépenses importantes sur base annuelle qui ne procurent pas de plaisir. Voilà un poste facile à supprimer pour réaliser des économies. Définissez une alternative durable et changez vos habitudes. Investissez par exemple dans une tasse à café solide et faites du café chez vous. Emportez les restes de votre souper pour votre déjeuner plutôt que d’acheter un sandwich.

Étape 3 : essayez d’intégrer la seconde main et le partage d’objets dans votre vie. De nombreux canaux et plateformes en ligne sont disponibles aujourd’hui.

Étape 4 : Regardez ce que vous avez, pas ce que vous n’avez pas. Pensez à ce que vous pouvez encore faire et pas à ce qui n’est plus possible. Saskia : « Cela ne fonctionne que lorsque vos besoins primaires sont comblés de manière satisfaisante. Ma grand-mère disait toujours "Il n’y a pas d’homme plus riche que celui qui se contente de ce qu’il a". »


Une bonne préparation

La meilleure recette pour échouer ? Épargner jour après jour sur le budget de votre ménage. « C’est comme avec un régime drastique, cela ne fonctionne pas. Après avoir mangé de la soupe pendant 3 jours, vous allez à la friterie le quatrième (elle rit). Économiser et boucler son budget avec moins de moyens, cela requiert un changement de mentalité. Si vous aimez vraiment faire les magasins ou si vous estimez que vous devez partir en voyage trois fois par an, il y a du pain sur la planche. C’est un processus qui implique une certaine planification et un travail de réflexion pour réduire ses besoins. Vous devez y travailler. »


Optez pour la seconde main

Ce changement de mentalité s’est relativement bien déroulé chez Saskia. « Pour moi, ce n’est pas vraiment un problème de faire avec moins, c’est dans ma nature (elle rit). Nous étions déjà particulièrement soucieux de l’environnement et de la durabilité. Nous achetions des articles de seconde main et étions adeptes du circuit court, nous sommes attentifs au gaspillage alimentaire, etc. Autant d’aspects importants si vous voulez réduire votre budget. Mais attention, j’ai dû aussi changer mon fusil d’épaule à certains moments. J’ai dû m’habituer à acheter des vêtements de seconde main pour mes enfants, car « les enfants ne méritent-ils pas ce qu’il y a de mieux et de dernier cri ? » Insensé, évidemment. Les vêtements de seconde main sont également de bonne qualité, propres et aussi bien que de nouveaux dans de nombreux cas. Si vous êtes capable d’opérer ce changement de mentalité, tout en apprenant à regarder ce que vous avez, vous êtes sur la bonne voie. »


Vous souhaitez réduire votre temps de travail l’année prochaine pour prendre un congé parental ou un crédit-temps par exemple ? Dans ce cas, vous avez peut-être droit aux suppléments sociaux aux allocations familiales. KidsLife vous permet de vérifier au préalable si c’est effectivement le cas.

Découvrez ici le montant de ces suppléments


Dressez l’inventaire de tous vos frais

Vous ne pouvez bien entendu réduire vos dépenses que lorsque vous avez fait les comptes. Ce n’est qu’en connaissant vos différents postes de dépenses que vous découvrez ceux que vous pouvez réduire et dans quelle proportion. Saskia approuve cette règle d’or : « Commencez par dresser l’inventaire. Nous avons aussi commencé par consigner toutes nos dépenses pendant quelques mois : les courses, les vêtements, les assurances, la voiture, de petites choses telles que les petits pains et les cafés à emporter, etc. Aujourd’hui, il existe des applications simples comme Spendee, Buddy, … C’est un exercice frustrant et apaisant à la fois. Il vous permet en effet de voir combien d’argent vous dépensez pour des choses qui ne vous procurent pas tant de plaisir. Prendre chaque jour un café à emporter ou un sandwich par habitude, voilà de petites dépenses à ne pas perdre de vue. Je les appelle les dépenses fantômes : des dépenses qui n’impactent pas directement votre porte-monnaie, mais qui peuvent malgré tout chiffrer après un an. Par exemple, si vous achetez un sandwich tous les midis, cela représente une dépense de plus de 800 euros sur base annuelle. »


Il n’y a pas de recette unique

Les habitudes des uns constituent de petits extras pour les autres. Pour certains, commander des plats à emporter est une habitude dans un souci de facilité alors que pour d’autres, aller manger un morceau est un moment de détente exceptionnel. « Il n’y a pas de recette unique. Ce qui fonctionne pour vous ne fonctionne pas forcément pour un autre. Si vous aimez aller au restaurant, continuez et prévoyez un budget à cet effet. Par contre, si vous ne prenez des plats à emporter que dans un souci de facilité, établissez un planning hebdomadaire, achetez vos ingrédients et facilitez-vous la vie, tout en réalisant des économies. »


Vous avez répertorié vos dépenses. Et après ?

Saskia poursuit : « Tout dépend de votre objectif : poursuivez-vous un objectif précis ou voulez-vous finir vos mois de manière confortable ? Si vous avez un objectif d’épargne précis, vous devez faire vos calculs et définir les postes sur lesquels vous pouvez réaliser des économies pendant une certaine période. Si vous souhaitez réduire vos dépenses en permanence, vous devez définir une stratégie efficace qui s’inscrit dans le temps. Dans mon livre, j’ai lié chaque mois à un thème : vêtements, alimentation, mobilité, etc. Vous examinez thème par thème comment réaliser des économies. Quels sont les thèmes qui représentent les dépenses les plus importantes ? En effet, c’est probablement à ce niveau que vous réaliserez le plus d’économies. La manière dont vous épargnez est un élément personnel qui dépend de vos intérêts. Mon mari et moi par exemple avons longuement réfléchi à supprimer une voiture. Mais étant donné que nous sommes passionnés de voiture tous les deux et qu’à ce moment-là, avec deux petits enfants, l’alternative était trop compliquée, nous avons finalement décidé de ne pas le faire. »


Dans l’air du temps

Cette phase prend effectivement du temps, concède Saskia. « Il ne s’agit pas seulement de chercher des alternatives, mais de chercher des alternatives qui vous correspondent à vous et à votre mode de vie. Nous avons par exemple réalisé d’importantes économies sur les assurances : nous avons demandé des offres et les avons comparées. Résultat ? Nous dépensons 300 à 400 euros de moins par an sans pour autant perdre en qualité de vie. Mais cela prend du temps. »

Une nouvelle manière de vivre requiert plus de temps et de planification. « Pour préparer votre lunch ou votre café à emporter du matin par exemple, ou encore faire le pique-nique pour aller au parc d’attractions. Les vêtements de seconde main ne sont pas des achats impulsifs. On les achète les uns après les autres en fonction de ce dont vos les enfants ont besoin et de leur croissance. »

Mais ne vous laissez pas décourager. Cette démarche s’inscrit totalement dans l’air du temps. Saskia : « Dans mon livre, je fais référence au Vrekkenkrant, périodique qui promouvait la sobriété, parce qu’il était à peu près le seul à l’époque. Aujourd’hui, ce changement s’inscrit dans l’air du temps. De plus en plus de plateformes et de groupes sur les médias sociaux proposent des articles d’occasion ou des solutions de partage comme des voitures ou de trottinettes partagées. »


Parlez-en avec votre famille

Ne vous exposez pas à un conflit au sein de votre famille en réalisant des économies du jour au lendemain. Parlez-en. Y compris avec les enfants. Saskia explique : « En Flandre, nous n’avons pas l’habitude de parler d’argent. Pourtant, les enfants gèrent et réfléchissent souvent à ce que vous leur racontez de manière créative. Si vous n’en parlez pas, ils imagineront peut-être qu’il se passe quelque chose de plus grave. Expliquez-leur pourquoi vous emportez un pique-nique au parc d’attractions ou pourquoi vous n’achetez pas à votre ado les derniers objets à la mode. Il n’y a aucun mal à conscientiser les enfants dès le plus jeune âge à la gestion de l’argent. Ils apprennent alors qu’ils doivent faire des choix pour pouvoir faire des choses. Voilà pourquoi je suis convaincue par le principe de l’argent de poche. Cela les oblige à choisir et leur apprend à épargner s’ils veulent s’offrir des choses plus chères. »


Vous attendez un heureux événement ? Demandez votre prime de naissance en temps utile.

Demandez votre prime de naissance ici